L’historien et le diplomate Mihai Dimitrie Sturdza est décédé à Paris


Hier, le 25 avril 2020, est décédé à Paris l’historien et le diplomate Mihai Dimitrie Sturdza, l’une des personnalités les plus distinguées et connues de l’exil roumain en France.

Né à Bucarest en 1934, il est issu d’une famille princière qui a régné en Moldavie au 19ème siècle (son arrière-grand-père, Mihai Sturdza, fut prince régnant de 1834 à 1849) et qui a continué, jusqu’à la Deuxième Guerre Mondiale, à jouer un rôle de premier plan dans la vie culturelle et politique roumaine.

Après avoir terminé le lycée à Iasi et passé deux ans en prison, arrêté par les communistes (1952-54), Mihai D. Sturdza fait des études de lettres à l’Université de Bucarest qu’il termine en 1960.  Il travaille ensuite quelques années comme enseignant et se réfugie en France en 1963.  

A Paris il travaille au début à Sciences Po, puis de 1968 à 1985 au Service des affaires culturelles du Quai d’Orsay où il est aussi l’interprète officiel des présidents Charles de Gaulle et Valérie Giscard d’Estaing. De 1986 à 1995 il travaille au Département roumain de la radio Free Europe de Munich pour retourner après sa retraite à Bucarest.

J’ai eu le privilège de le connaitre à Paris en 1975, grâce à mon père auquel il avait demandé des renseignements sur la noblesse roumaine de Transylvanie pour ses travaux. Je me rappelle avoir été fort impressionné par son savoir, sa distinction, son élégance ainsi que par sa gentillesse et bienveillance. Ces dernières qualités m’ont encore marqué lors d’une conversation à propos de la radio Free Europe où j’ai pu également apprécier la pertinence de son jugement et son honnêteté.

Mihai Dimitrie Sturdza a été membre de l’association La Maison Roumaine dans les années 1980/90. Après son retour à Bucarest il est resté seulement un sympathisant de celle-ci. Je regrette beaucoup que le projet d’une conférence qu’il devait faire à La Maison Roumaine n’ait pas abouti. Son emploi du temps était trop chargé par ses écrits et le projet a été reporté plusieurs fois ; aujourd’hui il est trop tard.

Mihai Dimitrie Sturza laisse une œuvre importante dont les encyclopédies et livres : Grandes familles de Grèce, d’Albanie et de Constantinople. Dictionnaire historique et généalogique. Paris, 1983 ; Familiile boiereşti din Moldova şi Ţara Românească. Enciclopedie istorică, genealogică şi biografică. Ed. Simetria, Bucuresti, 2004-2014 ; Românii între frica de Rusia şi dragostea de Franţa. Ed. Roza Vanturilor, Bucuresti, 2006 ; Aristocraţi români în lumea lui Proust : Anton Bibescu, Martha Bibescu, Anna de Noailles, Elena Bibescu. Ed. Humanitas, Bucuresti, 2016. 

 

Paix à son Ame !
Alexandre Herlea  

Etichete: , , ,

Lasă un răspuns

Completează mai jos detaliile tale sau dă clic pe un icon pentru a te autentifica:

Logo WordPress.com

Comentezi folosind contul tău WordPress.com. Dezautentificare /  Schimbă )

Fotografie Google

Comentezi folosind contul tău Google. Dezautentificare /  Schimbă )

Poză Twitter

Comentezi folosind contul tău Twitter. Dezautentificare /  Schimbă )

Fotografie Facebook

Comentezi folosind contul tău Facebook. Dezautentificare /  Schimbă )

Conectare la %s


%d blogeri au apreciat: